ébouriffer


ébouriffer

ébouriffer [ eburife ] v. tr. <conjug. : 1>
• mil. XVIIIe fig.; de ébouriffé
1Relever en désordre (les cheveux). écheveler, hérisser.
2Fig. et fam. Surprendre au point de choquer. ahurir.

ébouriffer verbe transitif (provençal esbourrifa, du bas latin burra, bourre) Rebrousser de manière désordonnée les cheveux sur la tête, hérisser les plumes, les poils : Elle l'ébouriffait en lui passant la main dans les cheveux. Familier. Provoquer chez quelqu'un une vive surprise, ahurir, stupéfier : La nouvelle m'a ébouriffé.ébouriffer (synonymes) verbe transitif (provençal esbourrifa, du bas latin burra, bourre) Rebrousser de manière désordonnée les cheveux sur la tête, hérisser...
Synonymes :
- décoiffer
- écheveler
Contraires :
Familier. Provoquer chez quelqu'un une vive surprise, ahurir, stupéfier
Synonymes :
- ébahir
- époustoufler (familier)
- souffler (familier)

ébouriffer
v.
d1./d v. tr. Rebrousser en désordre (les cheveux).
d2./d v. Pron. S'ébouriffer les cheveux.

⇒ÉBOURIFFER, verbe trans.
A.— Emploi trans.
1. [Le compl. d'obj. désigne des cheveux, des poils ou des plumes] Hérisser, rebrousser. Il avait les cheveux comme ça, s'écria Bixiou en ébouriffant sa chevelure (BALZAC, Homme d'affaires, 1845, p. 405) :
1. Le reste, statuaire égyptienne dont les longues ondes rythmiques incorporent à la lumière toute la spiritualité du bloc, peinture chinoise où l'immensité s'assemble autour d'un oiseau ébouriffant ses plumes dans l'aurore.
FAURE, L'Esprit des formes, 1927, p. 276.
P. ell. :
2. Elle [Marthe] l'ébouriffait [Charles], elle le battait, elle le chatouillait, et le roulait, renversé, le long du grand divan qui entourait son cabinet.
GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p. 219.
P. anal. :
3. L'arbre [un grand pin] ébouriffe son épais plumage vert et chante. Le tronc s'est plié dans le lit habituel du vent, puis, d'un effort, il a dressé ses bras rouges, il a lancé dans le ciel son beau feuillage et il est resté là. Il chante tout mystérieusement à voix basse.
GIONO, Colline, 1929, p. 155.
2. Au fig., fam. Provoquer une forte surprise :
4. Et le grand café de l'endroit est tenu par un ancien ami de directeur et d'acteurs, tout pourri de cabotinage, ébouriffant les bourgeois par les blagues et les charges du café des variétés.
GONCOURT, Journal, 1863, p. 1318.
B.— Emploi pronom. à sens passif
1. Hérisser, se relever les cheveux. ... sa jolie tête [de Lydie] s'ébouriffait de cheveux annelés et fins (A. DAUDET, Pte paroisse, 1895, p. 205).
2. Se tenir relevé, hérissé. Ses moustaches blondes [de Yann] s'ébouriffaient aux deux bouts, de chaque côté des coins profonds de sa bouche (LOTI, Pêch. Isl., 1886, p. 8).
3. P. anal. Le jas était d'orties sèches et de chardons couvert. Autour, s'ébouriffait le poil fauve de la garrigue (GIONO, Solit. Pitié, 1932, p. 61).
Prononc. et Orth. :[], (j') ébouriffe []. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1. 1671, 23 août sa touffe ébouriffée [hémistiche d'un bout rimé par Mme de Grignan : note de l'éd.] (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettres, éd. M. Monmerqué, t. II, p. 332, n° 196); 1842 « rebrousser les cheveux sur la tête de quelqu'un » (REYBAUD, J. Paturot, p. 201); 2. 1762 ébouriffé au fig. « agité, troublé » (VOLTAIRE, Lett. d'Argental, 7 août ds LITTRÉ); av. 1778 au fig. « surprendre, étonner » (J. J. Rousseau ds Lar. 19e); 1837 adj. [un prospectus] ébouriffant (BALZAC, C. Birotteau, p. 177). Prob. à rattacher, de même que le prov. esbourrifa, esbourrifla, esburifia « ébouriffé, dérangé, éparpillé » (cf. aussi esbourrassa, esbourrissat « houspillé, ébouriffé, échevelé, battu », MISTRAL) au b. lat. burra, fr. bourre, prov. bourro, bouro; cependant le mode de formation demeure obscur; le prov. esbourrassa « traîner par les cheveux, houspiller » (préf. es-, bourro, suff. verbal -assa, RONJAT t. 3, 713) est peut-être le point de départ, altéré en esbourrifla d'apr. rifla « râcler, ratisser, se froncer » d'où esbourrifa, ébouriffer. Fréq. abs. littér. :22.
DÉR. 1. Ébouriffage, ébouriffement, subst. masc. Le fait d'être ébouriffé. L'ébouriffement de sa tignasse poivre et sel (GONCOURT, Journal, 1886, p. 538). Lui, le groupe sénile, Il ne lui pousse pas Un ébouriffement De câbles et de fils (ROMAINS, Vie unan., 1908, p. 77). Et le velours du veston, brillant et nacré, avait çà et là quelque chose de hérissé, de déchiqueté et de velu qui faisait penser à l'ébouriffage des œillets dans le vase (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 849). [], []. 1res attest. 1886 ébouriffement (GONCOURT, loc. cit.), 1918 ébouriffage (PROUST, loc. cit.); du rad. de ébouriffer, suff. -age, -(e)ment1. Fréq. abs. littér. ébouriffage : 1; ébouriffement : 4. 2. Ébouriffure, subst. fém. État de ce qui est ébouriffé. Sa mine pâle, un peu bouffie et à nez retroussé, semblait plus insolente encore par l'ébouriffure de sa perruque où tenait un chapeau d'homme, en feutre gris, plié d'un coup de poing sur l'oreille droite (FLAUB., Éduc. sent., 1869, p. 148). []. 1re attest. 1863 beaucoup de faste et d'ébouriffure (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 4, p. 272); du rad. de ébouriffer, suff. -ure. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. — BUGGE (S.). Étymol. rom. Romania. 1875, t. 4, p. 354. — MAT. Louis-Philippe. 1951, p. 72, 238. — QUEM. 2e s. t. 1 1970; t. 2 1971.

ébouriffer [ebuʀife] v. tr.
ÉTYM. Mil. XVIIIe; de ébouriffé.
1 (1842). Mettre en désordre, relever (en désordre), hérisser (les cheveux). Écheveler, embrouiller, hérisser. || Le vent a ébouriffé ses cheveux.Mettre en désordre les cheveux de (qqn). || Le vent l'a ébouriffé.
(Sujet n. de personne). || Ébouriffer les cheveux de qqn, ébouriffer qqn (en jouant, par plaisanterie, au cours de la coiffure, etc.).Par analogie :
1 (…) le peintre ébouriffera le balai comme l'est un homme en colère, il en hérissera les brins comme si c'étaient vos cheveux frémissants.
Balzac, in P. Larousse.
Par anal. || Ébouriffer les plumes, les poils d'un animal.
2 (Av. 1778). Fig. et fam. Surprendre au point de choquer. Ahurir, étonner, surprendre. || Cette nouvelle l'a ébouriffé ( Ébouriffant).
2 Je ne suis pas malade, c'est le prix du bonnet qui m'ébouriffe.
Rousseau, in P. Larousse.
——————
s'ébouriffer v. pron.
1 (Passif). En parlant des cheveux. Être ébouriffé.
3 Il enfonçait le cou dans les épaules; sur son front bas, ses cheveux, collés de sueur, s'ébouriffaient.
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 55.
2 (Réfl.). Ébouriffer ses cheveux.
(1852). Fig. et vieilli. Être surpris, choqué.
4 Le capitaine est un farceur. Un homme comme lui ne s'ébouriffe pas de deux ou trois mots grossiers que j'aurais pu dire.
Flaubert, Correspondance, 1er sept. 1852.
——————
ébouriffé, ée p. p. Ébouriffé.
CONTR. Peigner; coiffer.
DÉR. Ébouriffage, ébouriffant, ébouriffoir, ébouriffure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ébouriffer — (é bou ri fé) v. a. Terme familier. Mettre la coiffure en désordre. S ébouriffer les cheveux.    Fig. Surprendre extrêmement, rendre tout interdit.    S ébouriffer, v. réfl. Ébouriffer ses cheveux ; au fig. s étonner. ÉTYMOLOGIE    Ce semble un… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉBOURIFFER — v. tr. Relever, rebrousser les cheveux sur la tête, les mettre en désordre. Le vent a ébouriffé vos cheveux, et, par extension, vous a ébouriffé. Il signifie, figurément et familièrement, Surprendre, troubler par quelque chose d’inattendu. Son… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ébouriffer — vt. , écheveler, rendre hirsute ; mettre en bataille (des cheveux) : épolalyî <effrayer> (Albanais.001), R. => Poule ; éshavan nâ (001), R. => Chathuant, D. => Exciter ; éboryashî (001) ébouriflâ (083, Saxel), éborifâ (001), R.… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ébouriffage — [ eburifaʒ ] n. m. • fin XIXe; de ébouriffer ♦ Action d ébouriffer; son résultat. Par anal. « l ébouriffage des œillets dans le vase » (Proust). ● ébouriffage ou ébouriffement nom masculin Action d ébouriffer ; fait d être ébouriffé. ébouriffage… …   Encyclopédie Universelle

  • ébouriffant — ébouriffant, ante [ eburifɑ̃, ɑ̃t ] adj. • 1838; de ébouriffer ♦ Fam. Qui surprend, paraît extraordinaire au point de choquer. ⇒ invraisemblable, renversant, stupéfiant. « Un jargon ébouriffant [...] farci de mots étrangers, employés hors de… …   Encyclopédie Universelle

  • écheveler — [ eʃəv(ə)le ] v. tr. <conjug. : 4> • v. 1185; de échevelé ♦ Littér. Dépeigner. ⇒ ébouriffer. Par anal. « un grand vent de mer échevelait les nuages » (A. Gide). ⊗ CONTR. Peigner. ● écheveler verbe transitif (ancien français chevel, cheveu)… …   Encyclopédie Universelle

  • peigner — [ peɲe ] v. tr. <conjug. : 1> • peignier 1165; lat. pectinare, de pecten « peigne » I ♦ 1 ♦ Démêler, lisser (les cheveux) avec un peigne. ⇒aussi coiffer. Brosser et peigner ses cheveux. Peigner qqn. « Cela ne peut pas fatiguer Madame Amédée …   Encyclopédie Universelle

  • ébouriffé — ébouriffé, ée [ eburife ] adj. • 1671; probablt provenç. esbourrifa, de bourro, lat. burra → 1. bourre ♦ Dont les cheveux sont relevés et en désordre. ⇒ échevelé, hirsute. « Arnoux [...] avait les yeux rouges et la chevelure ébouriffée »… …   Encyclopédie Universelle

  • lisser — 1. lisser [ lise ] v. tr. <conjug. : 1> • licier XIIIe; lischier « repasser, polir » 1080; lat. lixare « extraire par la lixiviation », et par ext. (v. 800) « repasser » 1 ♦ Rendre lisse. Lisser sa moustache. Cheveux bien lissés. Elle «… …   Encyclopédie Universelle

  • décoiffer — vt. , ébouriffer : éshaforâ (Arvillard), R. => Ébouriffer …   Dictionnaire Français-Savoyard